Retour au sommaire principal

Leçon 1 : Avantage énergétique

Quelques explications sur les avantages techniques de Twido : théorie, conception et réalisation.

Le chauffe-eau classique

2-Descript-Avantage_chauffeeauclassique

 

Contrairement à ce que parfois l’on croit, le calcaire ne se fixe pas parce que l’eau est chaude. Le calcaire se fixe parce qu’il y a un différentiel de température : ce qu’on appelle une précipitation entre l’eau et une surface.

Dans le cas d’une résistance classique (immergée ou stéatite), deux facteurs pénalisent le rendement :

  • La très faible surface d’échange entre la résistance chauffante et l’eau (forte puissance surfacique)
  • Le fait que l’élément chauffant n’est pas en contact direct avec l’eau mais dans un fourreau

La température de la surface chauffante en contact avec l’eau est alors très supérieure à la température de l’eau, avec un différentiel de plus de 75°C, conditions favorisant la formation de tartre, et dans le temps l’inertie de la chauffe.

Avec les années, plus le calcaire s’accumulera (c’est un bon isolant!), plus le temps de chauffe augmentera, obligeant dans certains cas à enclencher la marche permanente, renchérissant encore plus ce phénomène et entraînant une surconsommation d’électricité toujours plus onéreuse.

La faible surface d’échange de la résistance ou de son fourreau avec l’eau, impose une forte puissance surfacique, et par conséquent la température du fil résistif sera déjà très élevée. Avec en plus l’accumulation du tartre, la température du fil résistif continuera d’augmenter (pouvant même aller jusqu’au point de fusion) entraînant une usure précoce de l’élément chauffant.

Dans le cas d’une stéatite, en surchauffant, la résistance pourra même dilater le fourreau dans lequel elle est insérée. Le fourreau se fissurera, et l’eau passera au travers, et fera disjoncter le différentiel par retour du courant à la terre.

La garantie sur l’élément chauffant n’est généralement que de 2 ans, et pour cause!

La magie dévoilée

Comme nous l’avons vu dans le premier sujet de cette leçon, Twido s’appuie sur le principe de panneaux chauffants qui ceinturent totalement les cuves inox par l’extérieur, au contact direct de l’acier.

La magie dévoilée

La magie dévoilée

Les panneaux sont composés d’aluminium et de fils résistifs en nickel-chrome (G1), comme ceux que l’on retrouve dans les résistances immergées (une nouvelle génération dite G2 seront sérigraphiées dans des feuilles de silicone). Grâce au panneau chauffant de grande taille, Twido bénéficie d’une puissance surfacique très faible : près de 20 fois inférieure à celle dans un chauffe-eau classique.

Resistance

Lorsque le panneau chauffe l’inox, qui à son tour chauffe l’eau, on retrouve au contact de l’eau un différentiel de température très faible : environ 2 à 4°C sur la globalité. Autrement dit, l’eau va chauffer pour ainsi dire en même temps que la cuve inox ; et de la même manière, l’eau refroidira en même temps que la cuve. Pas de précipitation. Pas de différentiel de température. Pas de fixation de calcaire.

Par ailleurs, la puissance surfacique ainsi que le très bon contact thermique du fil résistif avec la paroi, fait que la température du fil résistif reste très faible, ce qui aura une incidence directe sur sa durée de vie : la longévité de l’élément chauffant est assurée.

Le troisième phénomène intéressant dans Twido c’est que la cuve inox ne contient que de l’eau : il n’y a aucune électrolyse à l’intérieur, donc aucun risque de corrosion galvanique. Il n’y a donc pas besoin d’anode sacrificielle et la cuve ne peut pas se détériorer de l’intérieur.

Dernier avantage, la cuve inox ne craint pas l’acidité de l’eau. En cas de TH trop bas, selon les régions ou si un adoucisseur est mal réglé, on peut voir apparaître des risques de percement de la cuve car l’eau acide attaque l’émail. La cuve inox est absolument insensible à ce phénomène.

Le seul risque que craint la cuve inox est la vapeur de chlorure. Mais pour cela, il faut que l’eau soit à plus de 100°C, il faut de l’air, et un taux de chlore très élevé. Les cuves de Twido sont donc totalement protégées car ces conditions ne peuvent pas être réunies dans le Twido, du fait de sécurité sur la température des résistances (tant électronique que mécanique).

Twido est donc pour tout cela excessivement différent de ses concurrents dans ses propriétés physiques : d’une longévité supérieure d’au minimum 3 fois aux appareils classiques, il est capable de tenir des promesses que d’autres ne peuvent même pas exprimer.

Enfin Twido est nouvellement proposé dans une version avec des panneaux chauffants (G2) qui permettent l’intégration de 3 circuits résistifs intégrés:

– 2 pour l’électrique permettant que toutes les cuves soient “boostées” avec des temps de chauffe réduits de moitié

– 1 dédié au solaire, qui complété d’une carte électronique DC (courant continu) permettra de se brancher directement sur des Panneaux Photovoltaïque ou toute autre source d’énergie DC (éolienne, …)